fbpx
J

e ne sais pas toi mais en ce qui me concerne je trouve qu’il est de plus en plus difficile d’être soi même. Les gens sont tellement dans la comparaison, le jugement, la critique que j’ai l’impression que la moindre chose que je fais, que je dis est un problème. Et pourtant …

La vie est la somme des différents choix quotidiens que nous faisons.

P

Cela veut bien dire qu’il faut choisir pour exister non ? Sauf que tes choix ne plaisent malheureusement pas à tout le monde. Et que c’est en assumant ta vraie personnalité que tu seras pleinement réalisée. Pfffiiiouuu que c’est complexe …

Le truc c’est que pour arrivé à t’assumer il faut d’abord te connaître. Sauf que quand je vois le nombre de personnes qui ne se connaissent pas parce-qu’elles ont été mises dans un moule qui ne leur convient pas, il est primordiale avant tout à mon sens d’apprendre à se connaître et écouter ses propres envies et besoins.
Ensuite, il me paraît évident qu’il faille trouver SES propres valeurs, celles qui sont indispensables et s’engager à les tenir. Pour ensuite, être dans la capacité de trouver ses convictions personnelles : en quoi je crois, qu’est-ce qui me tient à cœur ….

Une fois que tu as trouvé tout cela, que tu t’y es penchée, tu pourras te démarquer puis attirer les bonnes personnes qui partagent ta vision.

Plus facile à dire qu’à faire je sais …

Comme je le disais, ça n’est vraiment pas si simple d’assumer qui on est, et je peux t’assurer que je comprends ce qu’il en est. Puisque je fais partie de ces personnes qui prennent le vent à contre sens, souvent appelée le mouton noir. J’en ai pris des coups et j’en prends encore. J’ai pleuré et je pleure encore …

Vas savoir pourquoi, je me suis depuis toujours sentie différente. J’ai longtemps essayé d’entrer dans le « moule », avec le sentiment permanent de ne pas être à ma place. Et un jour, j’ai compris. J’ai compris que le problème ne venait pas de moi. En réalité, le problème, c’était le modèle que je m’imposais qui n’était pas fait pour moi.
Je sentais mon potentiel tellement plus grand, un peu comme si tu essaies de faire entrer quelque chose de grand dans une toute petite boîte, il n’y a pas de place pour tout mettre. C’est suite à mes différentes expériences personnelles et professionnelles douloureuses que j’ai réalisé que j’avais envie de faire différemment, mais qu’aucun travail ni système de vie de couple ne convenait à ma vision de la chose. J’ai alors choisi de m’assumer et de repartir à 0 pour créer la vie dont je rêvais, il y a de cela 10 ans déjà.

Libère toi du jugement

Je dirais que le jugement est certainement le principal frein lorsque vient le temps de s’assumer. Qu’est-ce que les gens vont penser ? Qu’est-ce que les autres vont dire ? Je suis à l’heure d’aujourd’hui toujours dans le processus de m’en libérer encore et encore.
Car je ne prétends pas du tout arriver à m’assumer 100 % du temps, loin de là. C’est un processus qui prend du temps. Ça demande humilité, vulnérabilité et amour de soi. Mais en avançant un pas à la fois, tu prendras confiance et tout coulera bien plus naturellement. Puis, tu n’auras plus du tout envie de revenir en arrière, parce qu’assumer qui on est, ça a bon goût vraiment.

Alors, te sens tu prête à assumer complètement qui tu es ?

Je t’invite à lire l’article sur “Je suis qui j’ai envie d’être” pour compléter cet article: https://emiliefavrel.fr/je-suis-qui-jen-envie-detre/

Emilie Favrel

J’accompagne les femmes et mamans actives à oser être des femmes imparfaites mais accomplies dans tous les domaines de leur vie

Retrouves-moi sur mon groupe de femmes sur Facebook

2020-06-01T10:33:05+02:00

Laissez un commentaire